Inauguration de la maison de santé pluri professionnelle « Simone Veil » à Mazamet

Inauguration de la maison de santé pluri professionnelle « Simone Veil » à Mazamet, un projet exemplaire regroupant plusieurs corps de métier (médecins, infirmier(es), podologue, ….). Ce projet a pu voir le jour grâce à la volonté des professionnels de santé et des élus dont le maire Olivier Fabre. Cette structure a vocation à lutter contre le désert médical en renforçant l’attractivité du bassin mazamétain et en attirant de nouveaux médecins.

 » Le développement de ces maisons de santé pluri-professionnelles est un axe fort de la loi de transformation du système de santé « Ma santé 2022 » de la Ministre Agnès Buzyn que nous avons adopté à l’Assemblée nationale. « Ma Santé 2022 » propose de créer dans chaque territoire un véritable projet de soins qui associe tous les professionnels de santé́, hospitaliers, ambulatoires et médico-sociaux. Médecins, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes, etc. doivent rassembler leurs compétences et leurs moyens, et les mettre au service de la santé des patients de leur territoire.

Cette maison Simone Veil nous montre ici le chemin et est exemplaire dans le travail collectif qui a pu être mené. L’objectif de la loi est de faire en sorte que ces initiatives puissent être dupliquées sur le territoire. Nous avons souhaité que les maisons de santé deviennent la norme afin notamment de combattre la désertification médicale et nous y voyons de multiples avantages : pour le patient, en facilitant son accès aux soins avec une plus large amplitude horaire d’ouverture et un recours à des expertises diversifiées ; pour les professionnels de santé, car l’exercice coordonné permet le déploiement d’une diversité d’outils et de solutions et favorise le développement de la télémédecine, des protocoles pluri-professionnels, le renforcement des politiques de prévention, ou encore la prise en charge des soins non programmés.

Donner aux Français le même accès aux soins partout sur le territoire est un enjeu de justice sociale et territoriale voulu par le Président de la République. Cette loi y répond en transformant par exemple les petits hôpitaux en hôpitaux de proximité dotés de nouveaux investissements, en créant ces communautés de professionnels de santé adaptées aux besoins locaux, en mettant fin au numerus clausus pour les études de médecine, en créant 4 000 postes d’assistants médicaux ou encore en mettant en œuvre la révolution numérique en santé pour abolir les distances.

Pour conclure, je veux une nouvelle fois saluer la pugnacité d’Olivier Fabre qui se bat pour développer sa ville et la rendre plus attractive en aidant le commerce ; en relançant le tourisme avec la passerelle et qui a su faire face et prévenir la désertification médicale. C’est en changeant notre organisation, au plus près des attentes des populations et en apprenant à travailler ensemble que nous améliorerons l’état de santé de nos concitoyens partout en France. » Discours Jean Terlier.