LA ROUTE DES MÉTIERS D’ART D’OCCITANIE DÉBUTE À SORÈZE

Vendredi 28 juin, j’ai participé au lancement de la route des métiers d’art d’Occitanie, vitrine de l’excellence du savoir-faire de nos artisans, au côté du maire Albert Mamy, de mes collègues Marie-Christine Verdier-Jouclaset Philippe Huppé et des personnalités tarnaise. Je tenais à saluer le travail effectué par la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat et des chambres départementales. Cette offre touristique unique est le reflet du talent de notre réseau de professionnels. Elle va permettre de mettre en lumière les 70 métiers qui jalonnent cette route.
J’ai été ravi d’y retrouver Yannick Gautier et Ambre Piazzo, bijoutiers de Lavaur, qui avaient accepté de me recevoir dans le cadre de la semaine de l’artisanat pour me faire vivre leur métier et m’expliquer leurs contraintes, leur passion. 
Car être artisan d’art, c’est d’abord vouloir partager sa passion pour le travail bien fait, la beauté du geste, l’amour de la matière.
Faire la promotion des métiers d’art, c’est aussi prendre les mesures législatives adaptées.
Je tiens ici à saluer le travail de mon collègue Philippe Huppé qui s’est vu confier par le Premier Ministre, avec deux autres députés, une mission ayant pour objet les métiers d’art et le patrimoine vivant. Il a ainsi organisé de nombreuses auditions, visites sur le terrain – il a notamment été reçu dans le Tarn par Sklaerenn Imbaud, présidente de la commission métiers d’art. Dans son rapport intitulé « France, métiers d’excellence » présenté en décembre dernier, 22 propositions ont été faites pour repenser la gouvernance, revitaliser les territoires, développer la formation, préserver et valoriser les métiers d’art et soutenir le développement des métiers d’excellence.
Les députés y préconisent notamment de créer un opérateur de l’Etat unique sous la forme d’un Groupement d’Intérêt économique pour préserver et développer ces savoir-faire d’excellence et mettre en place un label Métiers d’art d’excellence. Dans le même état d’esprit, il est proposé de désigner un chargé de mission dans chaque Région qui pourra impulser une politique sur le territoire et faire le lien avec le nouvel organisme.
Concernant la formation, des propositions sont faites pour diversifier l’offre et la moderniser. Et pour donner envie aux jeunes de s’engager dans ces filières d’excellence. Il faut mieux faire connaître ces métiers et les soutenir.
Pour mettre toutes ces propositions en musique, il est proposé de mettre en place à l’Assemblée nationale un groupe d’étude dédié aux métiers d’art et patrimoine vivant. Nul doute que Philippe saura y porter la voix de notre région Occitanie.